Les ressources en eau en Tunisie




Introduction

En raison de sa position géographique, la Tunisie est soumise à l'influence de deux climats, l'un méditerranéen au nord et l'autre saharien au sud qui sont à l'origine d'une variabilité spatio-temporelle des ressources en eau. Ainsi la pluviométrie moyenne annuelle varie de moins de 100mm à l'extrême sud à plus de 1500 mm à l'extrême nord du pays. Cette situation fait de la Tunisie un pays à ressources en eau renouvelables relativement limitées.Cascade Tamarza

Malgré cette situation qui apparaît contraignante, la Tunisie a pu satisfaire les besoins en eau des différents secteurs, même pendant les périodes de sécheresse relativement accentuée. Ainsi, le taux de desserte en eau potable a atteint 100% dans le milieu urbain et plus de 80% dans le milieu rural, sans rationnement d'eau, même pendant les périodes de pénurie.

En effet, la Tunisie, grâce à sa tradition enracinée dans le temps et à sa volonté politique, a pu engager une stratégie ambitieuse de mobilisation et de développement des ressources en eau pour satisfaire toutes les demandes en progression continue résultant de la croissance démographique et du développement socio-économique.

En fait, la gestion de la demande en eau constitue un axe principal de la politique générale de l'eau dans le futur, afin de maîtriser la consommation au niveau des différents secteurs, surtout celui de l'agriculture, gros consommateur de ressources en eau (environ 80%), et de retarder aussi longtemps que possible l'échéance du recours aux ressources en eau non conventionnelles. Les outils de cette gestion se basent essentiellement sur l'économie, la valorisation et la rationalisation de l'utilisation de l'eau, particulièrement dans le domaine agricole.

Potentiel en Eau

Les ressources en eau de la Tunisie sont évaluées, en l'an 2000, à 4825 Millions de m3 (Mm3), avec 2700 Mm3 correspondant aux eaux de surface et 2125 Mm3 pour les eaux souterraines (Carte des ressources en eau de la Tunisie).

Les Eaux de Surface

La Tunisie reçoit en moyenne 230 mm/an, soit 36 milliards de m3/an. La pluviométrie est très variable dans l'espace et dans le temps à l'échelle mensuelle et annuelle. La moyenne annuelle varie de moins de 100mm dans l'extrême sud à plus de 1500 mm dans l'extrême nord-ouest (Carte des isohyètes inter-annuelles de la Tunisie).

Les apports en eau de surface proviennent de quatre régions naturelles distinctes par leurs conditions climatiques, hydrologiques et leurs aspects géomorphologiques et géologiques. L'extrême nord, bien que sa superficie ne représente que 3 % de la superficie totale du pays, fournit des apports en eau de surface évalués en moyenne à 960 Mm3 /an, soit 36 % du potentiel total du pays. Le nord, représenté par les bassins de la Medjerda, du Cap Bon et de Méliane, fournit une moyenne de 1230 Mm3/an, soit 46 % du potentiel total en eau de surface. Le centre, comprenant les bassins versants de Nebhana, Marguellil, Zéroud et du Sahel, présente des ressources annuelles évaluées en moyenne à 320 Mm3/an, soit 12 %. Le sud, qui représente environ 62 % de la superficie totale du pays, est la région la plus démunie en eau de surface et ne possède que des ressources très irrégulières, évaluées à 190 Mm3/an, soit 6 % du potentiel total.

Le potentiel total des eaux de surface est évalué à 2700 Mm3, représentant une moyenne inter-annuelle calculée sur une période d'environ 50 ans. Les ressources mobilisables sont estimées à 2 170 Mm3, dont 85% proviennent des apports de crues et 15 % des apports de base.
Sur ce potentiel, 1800 Mm3 sont déjà mobilisés, soit un taux de 83 %. (Carte des barrages de la Tunisie).

              Barrage Bouhertma



Les Eaux Souterraines

Les ressources en eaux souterraines sont estimées à 2125 Mm3 dont 745 Mm3 proviennent des nappes phréatiques et 1380 Mm3 des nappes profondes dont 650 Mm3 sont non renouvelables.
La Tunisie du nord possède 55 % des ressources des nappes phréatiques, le centre renferme 30 % alors que le sud ne renferme que 15 %. Pour les nappes profondes, la Tunisie du sud renferme 58 % desForageressources, la Tunisie du centre renferme 24 % alors que la Tunisie du nord ne renferme que 18 %.
L'exploitation de ces ressources en eaux souterraines, pour les nappes phréatiques, a atteint 780 Mm3 en l'an 2000, soit 105%, et ce, à partir de plus de 90 000 puits de surface équipés.
Les eaux souterraines profondes sont exploitées à 80%, ce qui correspond à 1100 Mm3 en l'an 2000, à partir de plus de 3500 forages.
Le taux global de mobilisation des ressources en eau en Tunisie est donc de 1800 Mm3 pour les eaux de surface et de 1880 Mm3 pour les eaux souterraines, soit 3680 Mm3 sur un potentiel mobilisable évalué à 4295 Mm3, ce qui représente 86 %.

Le tableau suivant donne le bilan global des ressources en eau de surface et souterraine :

 
Potentiel global (millions m3)
Ressources mobilisables (millions m3)
Mobilisation Exploitation
(millions m3)
Taux de mobilisation
Eaux de surface
2700
2170
1800
83%
Eaux
souterraines
Nappes phréatique
745
745
780
105%
Nappes
profondes
1380
1380
1100
80%
TOTAL
4825
4295
3680
86%

Afin de réussir sa politique de gestion durable des ressources en eau, la Tunisie a instauré un système de suivi de la ressource, représenté par l'ensemble des réseaux de mesures et d'observations répartis sur l'ensemble du pays; il s'agit du :

Réseau pluviométrique avec 800 stations pluviométriques;
Réseau hydrométrique avec 80 stations principales et 100 points de mesures sur l'ensemble du réseau hydrographique;
Réseau d'annonce de crues pour gérer en temps opportun le risque d'inondation avec 60 stations hydrologiques automatiques et 12 stations de télétransmission;
Réseau piézomètrique avec plus de 2000 puits de grand diamètre et plus de 1100 piézomètres;
Réseau de suivi de qualité des eaux souterraines avec plus de 1200 points de mesure.


Haut de la page

| Accueil | Contactez - nous | Copyright | Législation | Liens utiles | A propos du SEMIDE| Recherche